Moeurs Et Coutumes

Le Vietnam et 12 patrimoines culturels immatériels de l’UNESCO (Partie 1)

Actuellement, le Vietnam a possédé dix patrimoines inscrits sur la liste des patrimoines culturels immatériels de l’UNESCO et deux autres reconnus comme des patrimoines nécessitant une conversation urgente.

 

  1. 2003 : Le Nha Nhac, musique de cour vietnamienne.

Le 7 novembre 2003, 28 reliques de nations sont reconnus par l’UNESCO en tant que chefs-d’œuvre immatériels de l’humanité. Parmi les 11 chefs-d’œuvre de l’Asie, le “Nha nhac” (musique royale) représente le premier héritage immatériel du Vietnam à avoir été mis sur cette liste.

Le Conseil de l’UNESCO a évalué la musique royale vietnamienne en ces termes: «La musique royale vietnamienne représente une musique raffinée, jouée dans les cours impériales et à différents anniversaires, fêtes religieuses,… Parmi les différentes catégories développées au Vietnam, seule la musique royale était nationale. “

“Nha nhac” (musique royale vietnamienne) et ses principes a apparu au Vietnam sous la dynastie Ho (1400 – 1407). La dynastie des Ho, cependant, n’a existé que pendant une courte période, nha nhac tombant rapidement dans l’oubli. Alors, “Nha nhac” commença à se développer sous le règne du roi Le Thanh Tong (1460 – 1497) et atteignit son apogée sous la dynastie Nguyen (1802 – 1945).

nha nhac
Source: thegioidisan.vn

Nha nhac est un genre de musique savante. Il a attiré la participation de nombreux auteurs-compositeurs et musiciens talentueux, avec de nombreux instruments de musique traditionnels. De nos jours, il aura des opportunités d’être préservé, développé et connu du public, à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

 

  1. 2005: L’espace de la culture des Gongs.

L’espace de la culture du Gong dans les hauts plateaux au Centre du Vietnam crée un langage spécial qui relie les humains, les dieux et le monde surnaturel.

Un gong, qui peut être trouvé dans n’importe quelle maison de famille dans la région, indique la richesse de la famille, l’autorité et le prestige, et est considéré comme sacré. Il est également présent dans tous les rituels communautaires et sert d’instrument cérémoniel principal.

cong chieng tay nguyen
Source: Crédit photo

Chaque village a son propre style de jouer de gongs. Habituellement, une équipe des habitants de village joue ensemble entre trois et douze gongs, mesurant entre 25 et 80 cm de diamètre. Chaque type de cérémonie nécessite un arrangement et un rythme différents.

 

  1. 2009 : Les chants populaires “Quan ho” de Bac Ninh.

Dans les provinces de Bac Ninh et de Bac Giang, dans le nord du Viet Nam, de nombreux villages sont jumelés, renforçant leur relation à travers des coutumes sociales telles que les chants populaires “Quan ho”. Les chansons sont interprétées comme des vers alternés entre deux femmes d’un village qui chantent en harmonie, et deux hommes d’un autre village qui répondent avec des mélodies similaires, mais avec des paroles différentes. Les femmes portent traditionnellement de grands chapeaux ronds et des écharpes distinctifs; Les costumes pour les hommes comprennent des turbans, des parapluies et des tuniques. Les plus de 400 paroles de chansons, chantés avec 213 variations mélodiques différentes, expriment les états émotionnels des gens de tristesse de la séparation, et le bonheur de la rencontre des amoureux. Le chant “quan ho” est fréquent lors des rituels, des festivals, des compétitions et des rassemblements informels,… Les chansons de Quan ho expriment l’esprit, la philosophie et l’identité locale des communautés dans cette région, et aident à créer des liens sociaux au sein de village et entre les villages qui partagent une pratique cette culturelle.

quan ho bac ninh
Source: Crédit photo
  1. 2009: Le chant “Ca Tru”

Inscrit en 2009 sur la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une conservation urgente, le “Ca Tru” est une forme complexe de poésie chantée que l’on trouve dans le nord du Vietnam en utilisant des paroles écrites dans des formes poétiques traditionnelles vietnamiennes.

Les groupes de “Ca tru” comprennent trois interprètes: une chanteuse qui utilise des techniques de respiration et de vibrato pour créer des sons uniques, en jouant des claquettes ou en frappant une boîte en bois, et deux instrumentistes qui produisent le son profond d’un luth à trois cordes et les sons forts d’un tambour.

 

Ca tru - patrimoines culturels immatériels
Source: Crédit photo

Certaines performances de “Ca tru” comprennent également la danse. Les formes variées de Ca tru remplissent différents objectifs sociaux, y compris chanter le culte, chanter pour le divertissement, chanter dans les palais royaux et chanter compétitif.

Ca tru a 56 formes musicales ou mélodies différentes, chacune s’appelle “cach”. Les artistes folkloriques transmettent la musique et les poèmes qui composent les pièces de “Ca tru” par transmission orale, autrefois, dans leur lignée familiale, mais maintenant à tous ceux qui souhaitent apprendre.

        

Show More

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Close